Le défi de l’industrialisation du film OPV !

Industrialisation des films photovoltaiques

M. Derennes, en tant que directeur du Pôle de Compétences Industrielles de La Chevrolière, vous êtes impliqué dans le Beautiful Light Project© depuis son lancement. Rétrospectivement, quel regard portez-vous sur le projet ?

C’est plein de satisfaction et de fierté que je dresse un bilan très positif du projet. En 2 ans à peine, ARMOR a fait preuve d’un véritable tour de force : prendre le virage de la technologie de film OPV et surtout réussir à franchir le cap de l’industrialisation.
Aujourd’hui, nous sommes capables de fabriquer à échelle industrielle des films photovoltaïques organiques fonctionnels.

Lorsque le projet a démarré, quels étaient les objectifs fixés?

Deux mots d’ordre ont guidé notre développement : Flexibilité et Productivité.
Pour le Beautiful Light Project© et ARMOR, rien n’est jamais rigide ou gravé dans le marbre. C’est vraiment notre façon d’avancer.
Notre laboratoire et notre pôle industriel avancent main dans la main et de manière itérative pour nous assurer une grande réactivité et agilité dans l’avancée de notre projet. Tout ce qui est développé en laboratoire fait évoluer notre outil industriel et c’est vraiment quelque chose de rare.
Ensuite, notre outil industriel tend vers le sur-mesure puisqu’il évolue et s’agrandit groupe par groupe au rythme de la conception du produit. En d’autres termes c’est notre machine qui s’adapte à notre produit et pas l’inverse !
Enfin, la flexibilité et l’agilité de notre outil industriel se traduisent également dans notre capacité à produire des films de différentes dimensions pouvant aller de 4 à 19 cellules.
De manière corrélative, c’est aussi notre productivité que nous avons pu accroître. En envisageant différemment notre outil de production, cela nous a permis de maximiser tant le nombre d’interventions produit que la qualité-même de ces interventions.  De cette manière, nous obtenons des produits hautement performants réalisés en un temps record.

Selon vous, quelles sont les clés de votre avancée  industrielle ?

En premier lieu, je citerais notre mode de structuration. Nous avons réussi à intégrer au sein de l’entreprise l’ensemble des compétences-clés et parties prenantes jalonnant le process de fabrication (de l’approvisionnement des matières premières, en passant par l’intégration des connectiques ou la gestion d’énergie, jusqu’à la livraison de solutions clés en main à nos clients.) Nous avons la chance de disposer d’un laboratoire R&D de pointe et d’un outil industriel bien rôdé. L’autre clé de succès majeur tient à notre outil de production. Nous possédons 2 machines uniques sur le marché : spécifiquement conçues pour coller à notre cahier des charges et s’adapter à chaque éventualité durant le développement produit.

Quel a été le rôle de vos équipes dans la conception de ces machines ?

Là encore cela relève d’une démarche singulière. Nous envisageons conjointement l’étape de R&D et d’industrialisation, car selon nous, elles s’inter définissent.
De chaque part de la chaîne, nos équipes travaillent main dans la main.  Dans le même temps, elles réfléchissent aussi bien au produit qu’à l’équipement à mettre en place pour le fabriquer. Au fur et à mesure, on précise les problèmes et on ajuste l’outil de production. C’est comme ça que nos 2 machines ont été conçues : directement dans l’entreprise, par nos équipes, dans un souci constant de productivité et de flexibilité.

Qu’est-ce que ces machines vous ont permis de réaliser ?

Grâce à elles, nous avons pu passer d’une méthode de production en enduction séquencée (méthode généralisée dans l’univers de l’OPV) à un processus d’enduction simultanée. Au lieu d’enduire consécutivement en 5 couches, nous arrivons aujourd’hui à enduire toutes les couches avec un minimum d’interventions.

Avez-vous rencontré des difficultés majeures ? Les avez-vous surmontées ?

Oui, comme tout le monde bien sûr. La route vers le succès est forcément semée d’embuches. Mais, je crois que nos racines industrielles et cette démarche atypique de co-conception nous ont toujours bien aidés à rebondir. Nous nous efforçons de rester pragmatiques et nous avançons que lorsque nous sommes sûrs de réussir.

Aux vues des progrès qui ont été faits et ceux à venir, comment vous positionnez-vous vis-à-vis de votre feuille de route ?

Nous sommes très proches de notre objectif puisque dès cette fin d’année, notre produit sera bel et bien abouti, prêt à être lancé. La commercialisation de la première génération de film photovoltaïque organique sera bien prévue pour 2015.